T'es une adulte ou pas ?

Écrire le journal de son corps le temps d'un spectacle. Raconter les roulades du quotidien, les entremêlements des pensées, l'équilibre des habitudes, les chutes accidentelles répétées, mais aussi la souplesse du chemin, l'envol de l'insouciance. Le corps avance, à sa façon, il s'adapte et raconte en mouvement les confidences de la voix et les aveux de l'écriture. Le journal du corps contient et devance ses camarades plus habituels : le journal intime, le carnet du quotidien, l'album photo familial.

 

La lecture du Journal d'un corps de Daniel Pennac m'a inspiré une nouvelle façon d'appréhender ma pratique du cirque. L'auteur porte un regard objectif, presque scientifique sur son organisme. Il observe les faits qui s'y passent et les répertorie tout au long de sa vie, avec une perpétuelle innocence. De la même manière, je laisse aller mon corps au sol et dans les airs et le regarde me raconter sa propre histoire. Que se passe-t-il quand on se détache des pensées et injonctions ? Qu'est-ce que dit le corps naturellement ? Quelles figures, rythmes, enchaînements se font et se défont instinctivement ?

 

Dans sa chambre intimiste se côtoient les objets qui ont marqué l'image de ce corps et les sons qui baignent ses pensées. Un rideau aux portes du sommeil, un miroir aérien suspendu dans les airs, un coffre rempli de ses trésors, un haut-parleur branché sur le cerveau. Il les connaît, les traverse, les raconte. Au sol il se contorsionne, s'entortille, s'équilibre, tombe, se relève. Il expose les péripéties et les accidents heureux du quotidien. Il cherche comment se recentrer pour mieux s'envoler. Perché sur son cerceau aérien, il s'extirpe de ce magma et trouve un lieu protégé pour se déployer librement.

 

Le corps rampant capte le regard des enfants qui découvrent un compère à leur hauteur qui leur fait face. L'enfance est un public privilégié pour ce spectacle qui se nourrit de notre fraîcheur innée mais enfouie par les années passées. « Nous sommes à jamais l'enfant de notre corps, un enfant déconcerté ». C'est justement enfant que j'ai découvert et commencé à pratiquer ma passion, le cirque. L'âge aussi auquel on intègre les injonctions des adultes. Le cirque comme choix de vie a été le fruit d'une équation douloureuse mais libératoire entre la raison familiale et sociale, et ma passion personnelle. Le journal de mon corps circassien est le journal de ma vie.

Lien teaser : https://vimeo.com/296585102

Durée : 20 minutes
Disciplines : cerceau aérien,
équilibres sur les mains, contorsion
Plateau artistique : une artiste
Jeune Public : à partir de 6 ans

Crédits photo : Séraphin H.

Crédits vidéo: Oussama Zaki

© 2019 par Compagnie Salvaje. Créé avec Wix.com 

 Montpellier, France

  • Facebook Clean
  • Youtube